Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Magenta La Fayette, Agence immobilière PARIS 75010

L'actualité de CENTURY 21 Magenta La Fayette

Histoire de la rue des Petits Hôtels - Paris 10e

Publiée le 21/10/2015

Courte voie de 215m, la rue des Petits Hôtels commence au boulevard de Magenta (précédemment boulevard du Nord) pour se terminer place Franz Liszt (autrefois place La Fayette) et se montre entièrement circonscrite dans le quartier Saint-Vincent de Paul. Elle fut ouverte en 1827 et reçut son appellation en raison des petits hôtels, quasiment identiques, qui furent construits de part et d’autre de la voie. Évidemment, il faut comprendre le mot hôtel dans son acception ancienne, à l’instar de ce qu’on connaît aujourd’hui sous le vocable hôtel particulier.

Le sens de l’hospitalité.
Aux temps romains, l’hospitale était la pièce de réception des riches familles patriciennes, celle où l’on recevait ses hôtes. Mille ans plus tard, le terme désigna un campement militaire puis le lieu de résidence du roi. Une habitation royale donc puis princière et seigneuriale, qui ne tarda pas à s’embourgeoiser au tournant du XIXe siècle pour devenir hôtel particulier, une belle demeure qui présentait la particularité d’héberger une seule et même famille, généralement fortunée, au centre d’un grand jardin pour lui épargner les désagréments d’une maison sur rue.

Vincent de Paul, un prêtre dévoué.
Territoire marécageux, le sol de l’actuel 10e arrondissement fut asséché dès le haut Moyen Âge, ce qui permit à quelques fermes de s’y installer mais aussi une léproserie, l’enclos Saint-Lazare, qui recueillait pestiférés et lépreux. Au XVIIe siècle, un prêtre, Vincent de Paul, y créa l’établissement des filles de la Charité pour venir en aide aux orphelins et aux malades du secteur. Un siècle et demi plus tard, quand une nouvelle église fut construite, ce fut naturellement qu’on lui dédia le bâtiment religieux qui donna à son tour son nom à ce quartier administratif du 10e arrondissement.

Notre actualité